Skip to content

‘Les dernières lettres de Stalingrad’ (Grand Prix Radio 2007)

Grand Prix radio 2007

arrosoires_m.jpgboite_mail_m.jpgmaisons_m.jpg


L’histoire est faite de petites histoires ou Les dernières lettres de Stalingrad (47’29 »)
de Maria Grazia Noce et Juliette Boutillier

En janvier 1943, le dernier avion s’envole de l’enfer de Stalingrad vers l’Allemagne. Avec lui, les dernières lettres des soldats allemands. Dès leur arrivée, elles furent saisies, analysées dans un rapport, puis cachées. Le rapport n’a pas été alors rendu publique car son contenu fut considéré insupportable pour le peuple allemand. Les lettres furent retrouvées à la fin des années 50 et les extraits de 39 d’entre elles furent publiées. Une mosaïque de sentiments dont le facteur commun est la capitulation de l’individu face à la faim, la peur, la souffrance et le froid. Emprunt d’une tradition germanique faite de rigueur et de droiture bien souvent l’image de la mère est absente. La plupart s’adressent au père, à l’amante ou à la femme, à la sœur, à l’ami, à la correspondante de guerre bénévole…
En septembre 2004, nous partons à Berlin. Il faudrait en effet que nous puissions écouter ces lettres avec nos oreilles de contemporains du vingt et unième siècle. Pour rendre une cohérence à ces diverses atmosphères, nous avons imaginé comme toile de fond, Berlin.
Et pour ne pas que ces lettres restent « lettres mortes » ressorties d’un tombeau, nous les avons imprégnées d’ambiances quotidiennes et actuelles.
Notre promenade est donnée à entendre.. Ce matelas sonore est parfois retravaillé en un contrepoint musical, impressionniste, servant d’accompagnement. Les transcendances musicales côtoient une ambiance réelle.
A chaque lettre lue correspond une qualité de voix différente: une couleur, une texture, une singularité Ce sont les anonymes berlinois, rencontrés au hasard de notre errance qui ont prêté leur voix. L’interprétation ne se fait pas alors entendre comme quelque chose de lyrique et de virtuose mais comme quelque chose arrachée au quotidien, presque brute et documentaire.

Par cet angle de vue, on se débarrasse de la vérité, du vérisme, de la reconstitution historique et d’une certaine réalité. S’agit-il d’un documentaire ou d’une fiction ? Il est difficile de trancher. On peut juste dire qu’il s’agit de l’Histoire revisitée…


réalisation: Maria Grazia Noce et Juliette Boutillier
prise de son: Anne-Sophie Papillon
montage et mixage: Ruelgo
production: Radio Panik asbl

plan_metro_m.jpgroulotte_chantier_m.jpgtombe_m.jpg

train_rouge_m.jpgmur_berlin_m.jpg

(voir autres prix du concours radio 2007 de la Communauté française de Belgique)